24h Motos Mike Di Meglio GMT94-Yamaha

Mike Di Meglio : « Remporter les 24 Heures Motos dès ma première participation c’est magique »

Mike Di Meglio a marqué de son empreinte la 40e édition des 24 Heures Motos. L’ancien pilote MotoGP™ confie avoir fait le bon choix en choisissant de rejoindre le GMT94-Yamaha et le FIM EWC. Interview.

Cet hiver vous déclariez avoir tout à apprendre en Endurance. Visiblement, vous apprenez vite…

« Je suis arrivé dans cette discipline en étant très humble. J’avais un maximum de choses à apprendre de l’équipe, de mes coéquipiers et des mécaniciens. Je devais être prêt à tout durant la course et tout s’est parfaitement enchaîné. En qualifications, j’ai réussi à pousser sur la moto sans tomber. En course, j’ai pris les relais les uns après les autres et j’ai pris confiance au fur et à mesure. Certaines fois il a fallu accepter d’être dans le dur durant certains relais, savoir perdre quelques secondes pour être mieux après. Pendant 24 heures, j’étais concentré sur moi-même, la moto, les conditions de piste et je n’ai pensé à rien d’autre. »

En Endurance, au sein du paddock, les gens sont plus abordables et appréciables.

Quelle est la différence la plus marquante entre le paddock MotoGP™ et celui de l’Endurance ?

« Le paddock Endurance est très français et l’aspect humain y est beaucoup plus fort. On sent moins le côté business. En MotoGP™, les sponsors sont tellement importants qu’ils font partie du paddock. En Endurance, les gens sont plus abordables et appréciables. Il y a aussi beaucoup de passionnés qui viennent nous voir. D’ailleurs il viennent pour les trois pilotes et nous félicitent tous les trois. C’est quelque chose que j’ai vraiment apprécié car l’Endurance, c’est avant tout un travail d’équipe ».

Avez-vous souffert physiquement durant la course ?

« J’ai souffert assez vite du dos. Je n’étais pas habitué à rester aussi longtemps sur la moto même si je m’étais beaucoup préparé cet hiver. Je vais travailler là-dessus pour être mieux lors des prochaines courses. Les douleurs au dos me gênaient uniquement lorsque je devais enfiler ma combinaison. Une fois sur la moto, elles disparaissaient. La nuit n’a pas été facile. Il y avait beaucoup d’humidité dans l’air alors l’équipe a travaillé sur la pression des pneus et après je me sentais mieux. Niccolò est tombé malade durant la nuit. J’ai dû doubler mes relais. Je n’ai pas réfléchi, j’ai relevé le défi. C’est dans ces moments là qu’on se rend compte de notre capacité à nous surpasser. On se met dans une bulle et on est concentré à 200% sur notre objectif. »

Avez-vous le sentiment d’avoir fait un bon choix de carrière en rejoignant le GMT94 et le Championnat du Monde d’Endurance ?

« Oui. Je suis content de ce choix. Ça aurait pu se faire en 2016 mais dans la vie, les choses se font au moment où elles doivent se faire. Je suis quand même arrivé au bon moment. Pour les 24 Heures Motos, faire une course fantastique et la remporter dès ma première participation, c’est magique. Tout au long de l’hiver nous sommes assez peu nombreux à travailler et au moment de la course l’équipe se renforce de bénévoles, c’est juste super car c’est la victoire de toute une équipe. J’ai essayé d’apporter mon expérience de l’électronique mais une fois en course chaque pilote doit faire du mieux qu’il peut. »

Après cette victoire aux 24 Heures Motos, comment le GMT94 aborde-t-il les 8 Heures d’Oschersleben ?

« La semaine prochaine nous allons nous rendre là-bas pour effectuer des essais. C’est une piste que je ne connais pas. À chaque course, nous repartons de zéro. Nous ne pouvons pas débarquer en Allemagne en croyant que ça va être facile. Ce sera une course différente des 24 Heures Motos. Elle est plus courte et nous pouvons donner plus sur chaque relais. Néanmoins, l’erreur peut vite arriver. Avec David et Niccolò nous formons un équipage homogène. En Endurance, cela compte énormément. La moto a bien évolué. Je n’ai pas l’expérience suffisante pour affirmer que nous allons remporter cette course alors nous allons travailler et continuer à progresser. »

Les 8 Heures d’Oschersleben (Allemagne) se dérouleront le samedi 20 mai. Cette épreuve constitue la troisième manche du Championnat du Monde d’Endurance FIM EWC.

Mickael Choplin

Fondateur de GazzInfo

Laisser un commentaire