IMGP6562

L’avenir du sport moto sera-t-il éléctrique?

Si le chemin fait son idée dans le sport automobile, le sport moto semble encore en retrait sur cette question. Pourtant, quelques compétitions « vertes » émergent sous l’impulsion de la FIM

En sport auto, plusieurs constructeurs comme Audi, Porsche, Toyota, Peugeot, ont déjà placé les énergies alternatives au coeur de leur programme sportif. Malheureusement, en moto, les constructeurs tardent à prendre le virage. La Fédération International de Motocyclisme (FIM) a fait de l’écologie un de ces chevaux de bataille en créant un groupe de travail pour répandre « les bonnes pratiques ». C’est ainsi que nous avons assisté à la création de championnats « verts » comme le TTXGP ou le E-Power (que certains d’entre vous ont entre-aperçu en levé de rideau du Bol d’Or ou des 24 Heures du Mans). Si la compétition moto telle que nous la connaissons aujourd’hui séduit toujours autant, les organisateurs et équipes doivent placer l’écologie au centre de leurs préocupations afin d’assurer la pérénité de ce sport (sans ça, les écologistes et pouvoirs publics s’en chargeront sans se poser de questions).

La mutliplicité des énergies alternatives (hybride, éléctrique, hydrogène…) ne semble pas pour autant exciter les ingénieurs. Mais pourquoi? Lobbying des groupes pétroliers? Coûts de développement trop élevé? Peu d’intérêt du grand public pour ce genre de technologies? Autant de questions sans réponses ! Pourtant, certains team managers voient dans l’écologie un moyen d’attirer de nouveaux sponsors soucieux de s’offrir une image citoyenne.

Robert Rasor, vice-président de la FIM déclare : « La science et la technologie dans le domaine des sources d’énergies alternatives progressent de plus en plus vite. Les politiques et le public rechercheront de plus en plus dans les sports mécaniques, et dans le motocyclisme en particulier, un champ d’expérimentation pour ces technologies. La moto offre une plate-forme modulable, au design simple, qui se prête bien à une utilisation des différentes formes d’énergies alternatives. L’utilisation des biocarburants hybrides, électrique et hydrogène, va arriver plus vite que l’on peut se l’imaginer et cela arrivera d’abord par le motocyclisme ! La FIM, ses fédérations membres, les officiels, les bénévoles, doivent maintenant commencer et être prêts à accepter ces technologies dans le sport et dans les loisirs. » 

L’optimisme est donc de rigueur au sein de la FIM mais lorsque l’on regarde les grilles de départ des courses E-Power et TTXGP, l’idée a encore du chemin à faire. Malgré cela, le sport moto sera inévitablement (dans un avenir proche) plus écologique.

Mickael Choplin

Fondateur de GazzInfo

Laisser un commentaire