Bol d'Or SERT Vincent Philippe

FIM EWC : le Suzuki Endurance Racing Team est de retour aux affaires

Le Suzuki Endurance Racing Team (SERT) s’est classé cinquième du Bol d’Or. L’équipe française est longtemps restée dans le trio de tête avant de surmonter des problèmes techniques.

La Suzuki #2 du Suzuki Endurance Racing Team pilotée par Vincent Philippe, Etienne Masson et Gregg Black a pointé en tête du Bol d’Or aux septième, huitième et neuvième heures de course. Une performance qui a permis à l’équipe d’engranger des points supplémentaires pour le championnat. Mais durant les quatre dernières heures de course, le SERT a été confronté à des problèmes de sélecteur de vitesse et d’embrayage.

« Il y a encore beaucoup de nouvelles pièces sur la moto et le développement se poursuit », Dominique Meliand, team manager du Suzuki Endurance Racing Team.

Déçus mais pas résignés, les pilotes ont continué d’attaquer jusqu’au drapeau à damier. Au final, le SERT empoche 41 points et figure à la quatrième place du classement provisoire du championnat à égalité de points avec le YART-Yamaha et à seulement dix longueur de la Honda #1 du F.C.C TSR Honda France. Tous les espoirs sont donc permis.

Dominique Meliand, team manager du SERT, estime que : « Nous avons fait un pas en avant même si cette cinquième position est frustrante. La moto s’améliore à chaque séance d’essais et à chaque course. Ici, nous avons prouvé que la victoire était clairement possible pour nous. Mais il y a encore beaucoup de nouvelles pièces sur la moto et le développement se poursuit. Nous avons maintenant six mois pour préparer la prochaine course. Pour faire encore mieux, nous allons tout effacer. Vous pouvez compter sur nous! »

Très en verve lors de ses premiers relais, Vincent Philippe confie : « Je suis content d’avoir pu m’exprimer et on était en position pour la victoire. Je vous avoue que je me suis fait vraiment plaisir à pouvoir attaquer sans retenue comme j’aime le faire. Nous avons encore un peu de travail afin de bien tout stabiliser. Cela nous permettra d’être d’attaque de nouveau et encore dans de meilleures conditions dès la prochaine course. »

Etienne Masson fait remarquer que la Suzuki #2 est longtemps restée dans le trio de tête : « On y était presque et le podium était à porté de main. Honnêtement j’y croyais et j’étais convaincu que nous pourrions décrocher un podium et pour le coup la victoire. Nous avions fait le plus dur : maintenir notre place dans le trio de tête pendant quasiment 18 heures sur les 24. Nous avions une très bonne moto grâce au travail des mécanos, une véritable arme pour jouer la finale, mais encore une fois c’est la course qui aura eu le dernier mot. Le potentiel de la moto laisse présager de bonnes choses pour l’avenir. »

Pour sa part, Gregg Black regrette le manque de chance qu’a connu son équipe : « Le podium, voire la victoire était largement accessible mais la chance n’a encore pas été de notre côté. Les soucis mécaniques ont dicté notre course bien que nous ayons eu la ténacité de ne jamais abandonner. Le championnat ne fait que commencer et nous comptons bien y laisser notre griffe cette saison. »

Avec six mois de préparation avant la prochaine course, le SERT a l’opportunité de tout remettre à plat et de poursuivre le développement de la nouvelle GSX-R. Le potentiel doit se transformer en confirmation et il n’y a pas meilleur terrain de jeu que les 24 Heures Motos pour le faire puisque le SERT évoluera à domicile.

Mickael Choplin

Fondateur de GazzInfo

Laisser un commentaire