wec4junior-team-win1

Endurance : le Junior Team LMS coiffe la couronne en Superstock

Champion du Monde d’Endurance Superstock, champion de France Superbike Stock, 2014 est un grand cru pour Damien Saulnier et ses élèves.

Pas évident chaque année de repartir avec une nouvelle promotion d’élèves. Pourtant, les saisons se suivent et le succès est au rendez-vous pour la structure chère à Damien Saulnier. Cinquième du classement générale et deuxième en catégorie Superstock, la Suzuki n°72 aurait pourtant pu tout perdre dimanche matin lorsque Baptiste Guittet a chuté au virage du raccordement.

Damien Saulnier : « Depuis la création de la formation, 180 mécaniciens sont passés au Junior Team. Dans un mois, on change d’équipe. Les nouveaux élèves arriveront après les vacances de la Toussaint. Les jeunes ne se sont pas vraiment rendus compte que l’année allait passer vite. Je les avais bien prévenu. À la fin de la course, il y avait des petites larmes dans le stand mais c’était plus par rapport à la victoire. J’ai passé une superbe année avec mes trois petits loustics (il désigne ses pilotes). Notre saison en Endurance avait bien débuté au Bol d’Or et elle se termine bien de nouveau au Mans. C’était vraiment une bonne année. Je remercie les pilotes qui ont fait confiance à cette jeune équipe technique. Je souhaite à mes jeunes mécaniciens une suite positive dans ce milieu de la compétition. »

L’an prochain, le Junior Team LMS sera de nouveau présent en championnat de France Superbike. Pour l’Endurance, la participation aux 24 Heures du Mans ainsi qu’au Bol d’Or est une certitude. « En revanche, il sera difficile de s’aligner sur l’intégralité du championnat du monde d’Endurance surtout si le calendrier comporte huit courses. La priorité sera le championnat de France », explique Damien Saulnier

Baptiste Guittet regrette sa chute mais savoure  : « On célèbre plus le titre. C’était l’objectif du week-end. Nous avons quand même essayé d’aller chercher la victoire et de réaliser le coup double mais ce matin j’ai fais une petite erreur qui nous a coûté deux tours ».

Etienne Masson tire son coup de chapeau à la concurrence : « Bien sûr il y a une pointe de déception mais quand on connait les pilotes qui sont sur la Kawasaki n°95 on se raisonne un peu. Anthony West a fait une course de folie et plus particulièrement lors de son premier relais. On ne pouvait pas jouer avec lui. On s’est raisonné à rester à distance et à marquer de gros points pour le championnat et c’est déjà un gros objectif de rempli. »

En une semaine, Gregg Black  décroche deux titres. D’abord celui de champion de France Superbike Stock puis celui de Champion du monde d’Endurance Superstock : « Pour moi ça a été une saison couronnée de succès. »

Mickael Choplin

Fondateur de GazzInfo

Laisser un commentaire