Bol d'Or Suzuki Endurance Rzcing Team qualifications

Bol d’Or : une entrée en matière réussie pour la nouvelle Suzuki du SERT

Pour le SERT, le Bol d’Or avait valeur de test grandeur nature avec la nouvelle GSX-R1000. Si plusieurs événements sont venus perturber leur parcours, les hommes de Dominique Hébrard terminent à une méritante 7e place.

«Nous connaissions l’énorme potentiel de la nouvelle Suzuki, ce qu’elle a d’ailleurs prouvé durant les qualifications. Mais pour cette course d’endurance de 24 heures, nous partons un peu dans l’inconnu», déclarait le team manager du SERT au départ de cette 81e édition du Bol d’Or. La première partie de l’épreuve a été couronnée de succès avec un parcours sans faute qui a vu le trio de pilotes Vincent Philippe, Etienne Masson et Gregg Black prendre le commandement des opérations à la 3e heure de course. Le SERT va rester aux avant-postes du Bol d’Or jusqu’à la tombée du jour lorsqu’un problème de frein est venu perturber sa course.

Si d’autres soucis jalonnent la nuit, la Suzuki #2 parvient quand même à conserver sa place dans la Top 5. Mais au lever du jour, Gregg Black est victime d’un bris de chaîne qui entraine une grosse perte de temps et sept places au classement. Malgré ces contretemps, assortis de deux stop and go infligés par la direction de course, la Suzuki #2 ne lâche rien et reste dans la bataille pour les places d’honneur. Elle franchit finalement la ligne d’arrivée de ce Bol d’Or à une très belle 7e place. Le SERT repart du circuit Paul Ricard avec 33 points dans la poche et de précieuses informations engrangées tout au long de cette épreuve de 24 heures menée à son terme.

Etienne Masson fait remarquer : « Beaucoup étaient sceptiques quant à la fiabilité de notre moteur à tenir 24 heures, mais notre nouvelle arme s’est trouvée bien plus résistante que certains de nos concurrents qui n’ont pas eu la chance de terminer cette course. Alors certes, tous ces inconvénients nous ont pénalisé dans notre quête de victoire mais gardons à l’esprit que la moto est nouvelle et que le travail de développement ne fait que commencer. »

Enfin, si Suzuki est absente du trio de tête en EWC, la marque brille en revanche en catégorie Superstock puisque le Junior Team LMS monte sur la 3e marche du podium avec la nouvelle GSX-R1000. L’équipe de Damien Saulnier s’octroie la 10e du classement scratch.

Ces deux formations sont maintenant attendues pour le deuxième rendez-vous de la saison qui aura lieu les 21 et 22 avril 2018 à l’occasion des 24 Heures Motos du Mans. Elles auront à n’en pas douter à cœur de briller sur leurs propres terres

D’après le communiqué de Suzuki France

Mickael Choplin

Fondateur de GazzInfo

Laisser un commentaire