8h Suzuka départ

8h de Suzuka : pourquoi les équipes européennes ne font pas le poids face aux japonaises?

Ce dimanche, en regardant les 8 Heures de Suzuka, vous vous êtes peut-être demandé pourquoi les équipes européennes qui trustent habituellement le haut du classement ne font pas le poids face aux équipes japonaises ? À travers cet article, nous allons tenter de répondre à cette question.

Lors de cette 40e édition des 8 Heures de Suzuka, hormis YART-Yamaha, aucune équipe européenne du Championnat du Monde d’Endurance n’est parvenue à intégrer le top 10 du classement général. Pire, à l’issue des qualifications, la Yamaha #94 du GMT94-Yamah accusait 2,2 secondes de retard sur la machine pole position, la Yamaha #21, le SERT 4,4 secondes et la Honda #111 du Honda Endurance Racing un peu mois de cinq secondes. Alors comment expliquer ce gouffre entre équipes européennes et japonaises ?

La principale raison est technique. En effet, les machines telles que la Yamaha #21 du Yamaha Factory Racing Team, la Honda #5 du F.C.C TSR Honda ou encore la Suzuki #12 de l’équipe Yoshimura Suzuki Motul Racing bénéficient directement du soutien de leur constructeur. De plus, elles profitent d’un électronique libre, interdit en championnat du monde Superbike ou en championnat du monde MotoGP™, que les constructeurs japonais n’ont jamais exporté hors du Japon. Impossible donc pour les équipes européennes de lutter à armes égales.

Des motos préparées par des techniques et ingénieurs d’équipes officielles MotoGP™

Dans une interview accordée à nos confrères de L’équipe, Randy De Puniet, pilote de la Honda #5 du F.C.C TSR Honda confirme : « La moto qu’on va utiliser n’a rien à voir […] avec la Honda que pilote Stefan Bradl dans le Mondial Superbike. C’est une vraie moto d’usine. On dispose d’un matériel top. Nous sommes l’une des deux seules équipes soutenues officiellement par l’usine Honda. Les motos officielles des 8 heures sont préparées par des techniciens et des ingénieurs d’équipes officielles de MotoGP™. C’est du sérieux. Honda, par exemple, n’a pas déplacé des gens de l’équipe de Marquez et Pedrosa pour rien. »

Ainsi, les 8 Heures de Suzuka sont une épreuve unique et à part dans le calendrier du Championnat du Monde Superbike. S’il y a peu de chances que les règles changent tant l’investissement de chaque marque japonaise est conséquent, les équipes européennes acceptent les règles du jeu. Mais jusqu’à quand? Pour la première fois à l’issue d’une édition des 8 Heures de Suzuka, à la demande de la Fédération Internationale de Motocyclisme (FIM) et d’Eurosport Events (promoteur du FIM EWC), les dix première machines à l’arrivée de la course ainsi que les trois premières classées au FIM EWC 2016-2017 ont été démontées pour vérifier la conformités de leur partie cycle et de leur moteur face au règlement du championnat. Toutes les machines inspectées ont été déclarées conformes par la commission technique.

Mickael Choplin

Fondateur de GazzInfo

Laisser un commentaire